l'Histoire Industrielle


Usine de Salindres (1855 – 2005)

150 ans d’Histoire en quelques dates

25 janvier 1855
Constitution devant notaire de la Société en commandite par actions « Henry Merle et Cie » pour la construction d’une usine, son exploitation et la vente de ses produits sur la commune de Rousson (Gard).

15 mai 1855   
Ouverture à Paris de l’Exposition universelle où sont exposés, à la demande de l’Empereur Napoléon III, aux côtés des joyaux de la Couronne, les premiers lingots d’aluminium dont Sainte Claire Deville a mis au point la fabrication l’année précédente. L’intérêt de l’Empereur pour ce nouveau métal s’avère décisif : il finance à ses frais les essais industriels du chimiste qui aboutiront quelques années plus tard, après son association avec Henry Merle.

3 juin 1855     
Pose de la première pierre d’une usine de produits chimiques à Salindres, modeste village agricole de 600 habitants, vivant de l’élevage du vers à soie et de cultures. Ce choix est justifié, d’une part, par le passage prévu à Salindres de la voie ferrée Alès - Bessèges alors en construction ; d’autre part, par le voisinage de houille, de lignite, de calcaire et de pyrite du bassin d’Alès2, ainsi que par la proximité des Salins de Camargue, éléments indispensables pour produire et vendre dans de bonnes conditions.

24 août 1855  
Acquisition par la Société Henry Merle & Cie de la Compagnie des Produits Chimiques d’Alais et de la Camargue. Henry Merle, soucieux de l’autonomie de l’Usine dans l’approvisionnement de ses matières premières, décide, avant même son achèvement, d’acquérir les marais salants de Camargue, qui vont lui permettre d’exploiter le sel marin de Méditerranée nécessaire à la production de sulfate de soude et de valoriser les autres sels qui pourraient être extraits.

1857   
Achèvement de la construction de l’Usine de Salindres. Y commence la production de carbonate de soude par le procédé Leblanc, ainsi que des sels de soude, du chlorure de chaux, de l’acide sulfurique, du sulfate de soude, de l’acide chlorhydrique et du chlore.

1860   
L’Usine de Salindres commence la fabrication de l’aluminium par le procédé chimique Sainte Claire Deville. Durant près de 30 ans, elle sera la seule usine au monde à en produire régulièrement – il est vrai en petites quantités : 500 kg par an en 1860, 3 tonnes en 1890. Compte tenu de son prix de revient élevé, l’aluminium est réservé à l’orfèvrerie. L’Usine de Salindres est considérée comme le berceau de l’aluminium chimique. Cette même année, elle commence à produire de l’alumine qui va servir à la fabrication du sulfate d’alumine.

10 juillet 1877
Décès d’Henry Merle à l'âge de 52 ans. C’est Alfred Rangod dit Pechiney qui lui succède. La Compagnie devient la Société A.R. Pechiney et Cie. Grâce à lui, de grands progrès sont réalisés, en particulier dans les fabrications du chlore, du chlorure de chaux et des chlorates, dont les nombreuses exportations commencent à faire connaître le nom de Péchiney comme la marque de fabrication de nouveaux produits tels que la soude caustique en 1883, le sulfate de cuivre en 1888.

1885   
A l’âge de 22 ans, Paul Héroult, élève à l’Ecole des Mines de Paris et condisciple de Louis Merle, fils du fondateur de l’Usine, met au point le procédé de fabrication de l’aluminium par électrolyse de l’alumine dissoute dans un bain de cryolithe (chlorure double d’aluminium et de sodium) chauffé à 960°C, pour lequel il dépose un brevet le 23 avril 1886. Au même moment, aux Etats-Unis, un autre jeune homme de 23 ans, Charles Martin Hall, parvient au même résultat alors qu’ils ne se connaissent pas. Ceux que l’on surnommera « les jumeaux de l’aluminium » deviendront amis et leur invention finira par s’imposer sous le nom du procédé « Hall-Héroult »

1886   
Rencontre avec A.R. Pechiney. Nanti de son brevet, Paul Héroult pense naturellement en proposer l’exploitation à la seule usine qui fabriquait déjà de l’aluminium. Accompagné de Louis Merle, il se rend à Salindres pour y rencontrer Pechiney qui les convie à dîner au Château et les invite ensuite à une partie de billard. Héroult a omis de dire qu’il était sans rival à ce jeu et commet l’imprudence de battre Pechiney. La légende prétend que cela vexa à ce point Péchiney qu’il refusa le procédé en prétextant que les débouchés de l’aluminium étaient trop restreints. En réalité, de son propre aveu, AR Péchiney « n’aimait pas l’électricité ».

1887   
Paul Héroult cherche et trouve ailleurs les concours nécessaires ; d’abord en Suisse en 1888, puis en France où est fondée, en 1889, la « Société Electro-métallurgique Française – SEMF », dont l’usine est installée à Froges, dans l’Isère. Héroult devient le directeur de la nouvelle société et Louis Merle, un des administrateurs. L’aluminium électrolytique produit dès 1890 permet une réduction spectaculaire des prix de revient et ouvre la voie au développement d’une nouvelle industrie. L’Usine de Froges sera le berceau de l’aluminium électrolytique.

1889   
Fin de la fabrication de l’aluminium par voie chimique à Salindres. L’alumine seule continue à être produite en petites quantités pour alimenter l’atelier de sulfate d’alumine.

1896   
La société en commandite Pechiney se transforme en Société anonyme et sa raison sociale devient : « Cie des Produits Chimiques d’Alais et de Camargue ».

1897   
Constatant le succès remporté par l’aluminium électrolytique, la Compagnie décide de s’intéresser à la fabrication de ce métal et achète l’Usine de Calypso construite en 1891 en Maurienne, où se fabriquait l’aluminium par le procédé concurrent Hall. Salindres doit alors produire l’alumine nécessaire à la nouvelle usine.

1898   
Par attaque de l’acide sulfurique sur le spath fluor, l’Usine de Salindres produit de l’acide fluorhydrique (HF).

1900   
Péchiney, âgé de 67 ans, prend comme adjoint un jeune ingénieur de l’Ecole des Mines de Saint Etienne, alors professeur à l’Ecole des Mines d’Alès , Adrien Badin. Celui-ci s’oriente tout de suite vers l’extension de la production d’aluminium, tout d’abord à Calypso, puis à Saint Félix et à Saint Jean de Maurienne où il crée d’autres usines. Il absorbe également d’autres unités électrochimiques fabriquant de la soude, telles que Chedde et Auzat. En plus de l’aluminium, ces deux usines fabriquent des chlorates par le procédé électrolytique, qui a lui aussi remplacé l’ancien procédé chimique de Salindres. Ses efforts s’étendent à tous les autres domaines, chimiques et miniers de la Compagnie qui prend une grande extension : en 1914, elle comprendra près de 10 établissements.

1908   
Le procédé Bayer, tombé dans le domaine public remplace, dans la fabrication de l’alumine à Salindres, le procédé Sainte Claire Deville, devenu obsolète.

1911   
Les producteurs français d’aluminium créent un comptoir de vente commun, L’Aluminium Français (AL), fer de lance du développement des applications et de la conquête des marchés du nouveau métal.

1914 - 1915  
L’Usine de Salindres apporte sa contribution à la Défense nationale par la création d’un important atelier de phénol, base de la mélinite, explosif de l’époque destiné à l’artillerie et au génie et fabriquée à Salin de Giraud. De plus, la forte demande de chlore, bien supérieure à la production possible de Salindres, conduit à la construction d’une nouvelle usine de chlore à Saint-Auban, sur la Durance, par le procédé électrolytique moderne.                       

18 janvier 1916          
A.R Péchiney s’éteint à Hyères à 83 ans.   

4 janvier 1917            
Adrien Badin, qui a grandement contribué au développement de Salindres, meurt prématurément à l’âge de 43 ans.

25 avril 1921  
La Cie des Produits Chimiques d’Alais et de Camargue et la Société Electro-métallurgique Française – SEMF fusionnent pour devenir la Cie Alais, Froges et Camargue (AFC). Pendant l’entre-deux-guerres, l’AFC met en œuvre un vaste programme d’équipement hydroélectrique pour maîtriser l’énergie, matière première essentielle aux productions électrochimiques et électrométallurgiques.

1921 - 1939   
Même si l’Usine de Salindres perd un peu de son importance lorsque l’Administration centrale de la Compagnie est transférée à Paris à partir de 1919, elle continue néanmoins à s’organiser et à se moderniser :

 Création en 1921 d’un Laboratoire de Chimie organique qui va connaître une grande extension sous le nom de Laboratoire Central de la Compagnie, au point qu’en 1953, il sera transféré pour devenir le moderne et puissant Centre de Recherches d’Aubervilliers.

  • Arrêt en 1922 des anciennes fabrications dérivant du procédé Leblanc, sauf pour l’acide sulfurique. De nouvelles fabrications se développent et se groupent comme suit :

- un groupe de matières premières pour l’aluminium : alumine et produits fluorés.

- un groupe de l’acide sulfurique et de ses divers dérivés : anhydride sulfureux, sulfate d’alumine, sulfate de cuivre.

- un groupe de petites fabrications diverses, variables selon les périodes.

  • Installation, en 1923 du premier grand atelier industriel de produits fluorés.
  • Mise en service, en 1931, d’une puissante centrale de vapeur.
  • Installation, en 1932, d’un nouveau grand atelier de sulfate de cuivre.
  • Augmentation, de septembre 39 à juin 40, des niveaux de production dans tous les domaines. La période de la guerre va s’avérer difficile pour l’Usine (problèmes de débouchés, d’approvisionnement des matières premières, de financements, etc.).

1946   
Reprise de l’exploitation normale de l’Usine et des projets d’extension et d’amélioration envisagés. La Compagnie s’efforce de rattraper le temps perdu et d’obtenir rapidement des prix de revient permettant l’exportation. Toutes ses fabrications sont fortement transformées et amplifiées. Les progrès portent particulièrement sur les fabrications les plus importantes : alumine, produits fluorés, acide sulfurique, sulfate de cuivre. De même, un effort important est entrepris dans le domaine des Manutentions et Transports qui sont largement améliorés et modernisés.

8 septembre 1950      
La Compagnie décide en Assemblée Générale de modifier sa raison sociale qui devient Pechiney, Compagnie de Produits Chimiques et Métallurgiques.

6 janvier 1959
Création de Procatalyse détenue à 50/50 par Péchiney et l’Institut Français du Pétrole (IFP) en vue de valoriser et commercialiser l’alumine fabriquée localement pour en faire des catalyseurs destinés à l’industrie pétrolière et parapétrolière.

1er janvier 1962         
Les sociétés Péchiney et Saint-Gobain regroupent leur activité chimie pour former la Société Pechiney – Saint-Gobain qui rassemble 12 000 personnes.       

1962 - 1971   
Tout au long de cette décennie, l’évolution technique de l’Usine de Salindres est croissante :

  • Création, en 1962, des alumines spéciales. Nouvel atelier de l’alumine (« Attaque continue » fournissant 600 T/jour).
  • Construction, en 1963, d’un Laboratoire Pilote d’alumine
  • Création, en 1964, d’un nouvel atelier d’acide sulfurique fournissant 150 T/jour.
  • Création, en 1966, des ateliers Flugène et Flugex (CFC) et de l’atelier Tamimo.
  • Démarrage, en 1971, d’un four acide fluorhydrique et de l’atelier fluorure d’aluminium fournissant 150 T/jour.

1971   
Pechiney fusionne avec Ugine Kuhlmann et devient le premier groupe industriel privé français sous le nom de Péchiney Ugine Kuhlmann. Conglomérat aux activités multiples au chiffre d’affaires de 13 milliards de francs, PUK reste le seul producteur d’aluminium du pays, maîtrisant l’ensemble de la filière.

1er janvier 1972         
Parallèlement, l’activité chimie se restructure lorsque Péchiney – Saint-Gobain s’allie avec Progil. L’Usine de Salindres change alors à nouveau de raison sociale, comme toutes ses usines sœurs, pour devenir Rhône-Progil, dont l'actionnaire majoritaire est Rhône-Poulenc. Les effectifs de Rhône-Progil atteignent alors 17000 personnes (25 000 en comptant ses filiales françaises).

Les fabrications de l’Usine de Salindres continuent à progresser et de nouveaux ateliers sont créés :

  • en 1972 : l’atelier de trifluorométhylbenzène, l’unité de catalyseurs de post-combustion
  • en 1974 : création d’un atelier de désilicatation à l’alumine pour la fabrication de fluorure d’alumine humide.

1er janvier 1975         
Rhône-Progil est absorbée par Rhône-Poulenc, société française à vocation internationale. Le Groupe Rhône-Poulenc emploie 119 000 personnes, dont 82 000 en France et 37 000 à l’étranger ; il rassemble 200 sociétés exploitantes réparties à travers une trentaine de pays dans le monde.

L’Usine de Salindres fera partie de Rhône-Poulenc Industrie, de Rhône-Poulenc Spécialités chimiques, puis de Rhône-Poulenc Chimie, Division Minérale fine.

1975   
Création de la holding ISIS regroupant les participations de l’IFP. Dès lors, Procatalyse est détenue à 50% par ISIS et à 50% par Rhône-Poulenc.

1980   
La restructuration de la Chimie française donne au site de Salindres une configuration un peu particulière, pour ne pas dire complexe ; ainsi, Rhône-Poulenc, qui gère le site, ne détient que 40% des activités de l’Usine, contre 50% à Pechiney et 10% à Atochem. Cette situation va rapidement évoluer.

L’Usine de Salindres voit l’arrêt des unités de chimie lourde et le développement d’unités de produits à forte valeur ajoutée et des ateliers produisant des adsorbants et des catalyseurs avec chaînes de production qui sont commercialisés par Procatalyse.

1984   
Arrêt de la fabrication de l’alumine métallurgique à Salindres qui représentait 30% de l’activité totale de l’Usine, Pechiney ne gardant que le site de Gardanne (Bouches-du-Rhône) pour assurer sa production d’alumine. C’est un coup dur pour l’Usine qui doit supprimer 300 emplois.

Le protocole de Montréal « relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone » date de 1987. Il fut ajusté et amendé en 1990, 1992 et 1995. Il a pour but de réglementer la production de substances pouvant avoir un impact sur l’environnement. Il a abouti à l’arrêt de la fabrication d’un certain nombre de produits chimiques.

Quelques chiffres : à sa fondation, l’Usine employait une cinquantaine de personnes. Les effectifs seront de 646 en 1875, 738 en 1880, 940 en 1900, 900 en 1920, 621 en 1930, 1730 en 1940, 1306 en 1980, 615 en 1995.


source documentaire - association AREHIS